On est en 2022, je n’ai rien écrit depuis octobre 2020… Mais… Que… ?!

Juste en regardant la date du dernier article, j’ai envie de faire ça :

 

 

Bravo, quelle belle façon d’entretenir mon site que de le laisser à l’abandon de cette manière !

 

C’est vrai que ces 2 dernières années ont été particulièrement chargées. TROP. CHARGEES. EN. TOUT.

 

Je vais tenter un résumé rapide – mais si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez normalement pu suivre tout ça :

 

  • – Le 30/10/2020 j’ai mis au monde une boule de bébé de 3,5kg, répondant au nom de Charlie. Un accouchement rêvé : 1H15 trop chrono, même pas mal, un nouveau né choupinou, des grandes soeurs en admiration, bref tout va bien.

 

 

     

PS : les photos ont été réalisées par la talentueuse Fatima des Petitimages.

 

  • – 3ème enfant, congé maternité, fatigue, puis reprise… Au printemps 2021, c’est reparti, tout en travaillant avec bébé en écharpe contre moi, en me réveillant 10x par nuit, bref une routine banale de Maman d’un jeune bébé.

 

  • – Les semaines passent, le sommeil est de pire en pire, Charlie pleure beaucoup, il passe ses journées avec (sur) moi, je ne me repose pas (ni la nuit, ni le jour) car je dois absolument travailler. Je pense être en dépression, il m’arrive de ne pas dormir du tout tellement mon cerveau carbure et angoisse sur toutes sortes de choses. Mais je tiens bon, je repousse comme je peux mes limites, jusqu’à ce que je ne sois plus capable de faire autre chose que pleurer de fatigue en permanence, à me demander ce qui m’a prise de fabriquer un autre être humain. Je suis épuisée. Je souris dans les stories, je pleure dès que je pose le téléphone. Je ne sais même pas pourquoi. Un mail me demandant où est la commande ? Je craque. C’est comme ça pour tout.

 

  • – En juin, je décide de consulter mon médecin traitant car je suis un véritable zombie. En parallèle, nous avons évidemment consulté x pédiatres, ostéos, chiropracteurs, kinésiologues pour Charlie… Il aurait peut-être un RGO. Je suis mise en arrêt de travail pour me reposer, tout en commençant la crêche pour petit bonhomme, qui ne dort pas mieux là bas.

 

  • – L’été passe mais rien ne va, si bien que je craque en septembre, je suis à bout. Moralement, physiquement. Je termine aux urgences. Je suis en dépression et en burn out (professionnel comme personnel). Les 2 dernières années m’ont mises à terre, je ne suis plus capable d’encaisser quoique ce soit. Le moindre petit souci, la moindre frustration me rend dingue, je suis angoissée pour plein de choses, j’ai l’impression de devenir folle tellement je vis dans une tempête d’émotions. Je débute un traitement d’antidépresseurs et d’anxiolytiques. Je suis également une thérapie.

 

  • – Nous sommes à l’automne 2021 et je commence tout juste à m’apaiser, à me sentir mieux. Pas au point de mettre les pieds dans mon atelier, pourtant situé dans ma maison. La simple idée d’entrer dans cette pièce me fait mal au ventre, ça m’angoisse, j’ai peur. Peur de constater que je n’en suis plus capable, que je n’ai pas les épaules, que j’ai crée un échec. Je laisse la porte fermée. Je ne fais plus rien. Je profite juste de l’instant présent, de mes enfants, je dors beaucoup, j’en ai besoin.

 

  • – Nouvelle année 2022 : je sais que je dois reprendre mon activité, ne pas baisser les bras. Le sommeil va mieux, les angoisses et le moral aussi. Charlie commence à faire ses premières nuits, il a 14-15 mois. Je suis plus reposée, même si je suis capable d’enchaîner une sieste de 3H à une nuit de 10H. Tous les jours ou presque. Je me répète que je vais y arriver, ça va le faire, j’en suis capable.

 

  • – Le 18 février, c’est officiellement mon dernier jour d’arrêt de travail : je veux… Je dois travailler. Je ne veux pas voir Elyce couler. Pas après tout ce que j’ai traversé pour que cette entreprise vive. Les soignants qui me suivent pensent que ça peut être un peu tôt : on me propose un mi temps thérapeutique. C’est une solution intermédiaire pour reprendre en douceur.

 

  • – Je décide d’ouvrir la boutique du 1er au 15 de chaque mois – c’est à dire à mi temps : je ne sais plus comment on fait, comment je dois m’organiser, je suis perdue dans mon propre atelier, il y a tellement de choses partout que ça me fait un peu peur. Je procrastine en trouvant toutes sortes de trucs inutiles à faire avant la réouverture. Perte de temps.

 

  • – Nous sommes le 15 mars, c’est la fin du mois me concernant, ce soir je ferme la boutique : je vais bien. J’ai réussit. J’ai concilié vie de famille et vie pro. J’ai des commandes. Les gens n’ont pas oublié qui j’étais, ce que je leur proposais. Je reçois même des messages pour me souhaiter un bon retour. Je travaille. Je souris. Pour de vrai.

 

 

Et si vous souhaitez suivre un peu plus de mon quotidien, et me permettre de passer dans les Anges de la Téléréalité pour accomplir mon rêve de devenir une pouf influençeuse multi milliardaire, vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux :

Sur Facebook là

Sur Instagram ici

Sur TikTok par là

 

Pour terminer, voici un petit aperçu de mes stories (sur Instagram et Facebook) et de mon quotidien de ce mois de mars… Oui, souhaitez moi bonne chance !

 

Dois je préciser que je ne suis pas vraiment en colère, et que ce petit chieur d’adorable humain le sait très bien, puisqu’il vit sa meilleure vie à lancer des perles à travers la pièce alors que sa cinglée de mère râle pour rien… ? Non, je crois que c’est inutile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.