Les vacances scolaires d’une mompreneur : quand travailler rime aussi avec mère au foyer

Je suis créatrice à temps plein depuis plus d’un an et demi déjà. Avant, j’étais également salariée du privée, à mi-temps. J’ai 2 enfants, 2 petites filles de 4 et 6 ans, respectivement en petite section et CP, en fin d’année scolaire 2017. Comme vous tous, début juillet a marqué le début des « grandes vacances ».

Qui dit vacances scolaires dit têtes blondes à la maison 24/24H. Je ne sais pas vous, mais moi, j’aime travailler dans le calme. Tout est relatif, bien sûr. Un peu de musique, quelqu’un avec qui discuter, c’est facile.

J’ai beaucoup plus de mal avec 2 enfants qui :

  • crient à l’ennui 5 fois par heure,
  • se disputent 15 fois par heure,
  • pleurent 5 fois par heure,
  • se sont fait mal 3 fois par heure,
  • ont faim toutes les heures, etc…

Je ne vous fais pas de dessin, en tant que parent, on vit tous plus ou moins la même chose. Rien de nouveau sous le soleil !

Travailler avec 2 enfants qui répètent le mot « Maman » 476 fois par jour : c’est compliqué !

Ca signifie les occuper, faire la police, répéter toutes les 10 minutes que Maman ne joue pas, mais travaille et qu’elle aimerait un petit peu de calme, faire des câlins à chaque bobo / dispute, leur faire prendre l’air et se promener, accepter qu’elles « aident » à faire des commandes pour m’aider (et mette le bazar dans tout l’atelier)… C’est travailler 2 fois moins qu’en temps normal, lorsqu’elles sont à l’école. C’est allonger les délais de réalisation. C’est répondre aux messages plus tardivement. C’est compenser en travaillant plus le soir, quand elles sont endormies, jusqu’à minuit.

C’est aussi profiter d’elles, faire plus de choses ensemble, les entendre dire qu’elles feront le même métier quand elles seront grandes, leur montrer que ce travail ne consiste pas seulement à enfiler des perles, voir ma grande créer un collier pour mettre sur le site et obtempérer quand elle me demande de le prendre en photo pour le publier (sous sa surveillance, attention !), c’est travailler sur l’ordinateur sur la chaise longue en les regardant barboter dans la piscine, c’est penser à autre chose qu’à sa petite entreprise, c’est se rendre compte que l’année est passée à une vitesse phénoménale et qu’elles grandissent trop vite, c’est prendre le temps de se retrouver en famille sans horaire et sans courir.

C’est partir en vacances, loin, déconnecter, mettre tout de côté, ne rien faire. PROFITER.

 

Vacances au Portugal – août 2017

Et une fois l’école et les habitudes reprises, on se dit que c’est passé trop vite… Comme tout le monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.